Page d'accueil

 

La billetterie des Arènes fonctionne du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h

Réservation par téléphone au 06 31 13 19 01 ou dans l'onglet Billetterie

 

Vente en direct au restaurant / Bar LE PAVILLON espace des arènes à Lunel

Tous les jours  jusqu'au 20 avril de 10H à 13H  

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 

OUVERTURE DE 6 GUICHETS !!!

Comme nous, vous avez constaté que 3 guichets est un nombre insuffisant pour accueillir le nombreux public qui afflue dans l'heure précédant la course de taureaux.

Ainsi pour éviter qu'une file d'attente interminable se forme pour l'achat de billets, comme ce fut le cas dimanche 14 avril , nous avons décidé de doubler le nombre de guichets. Vous disposerez donc pour la course du 22 avril de 6 guichets. Ce qui sera plus confortable pour tous.

Merci de nous être fidèles. Nous faisons en sorte que le public soit pleinement satisfait. Nous découvrons les problèmes liés à la grandeur de ce bel édifice avec l'expérience et à chaque spectacle nous améliorons ce qui pose problème.

Merci de votre compréhension

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Lundi 22 avril à partir de 15h.

 

LA ROYALE DE SAUMADE 

 

 

Une royale confirmée !

On change de registre, une semaine après la nouvelle et formidable course de Nicollin, la direction des arènes a programmé la solide Royale de la manade Saumade. Cet ensemble corroboré par la réputation de SCIPION et POURPIER qui arrivent au terme de leur exceptionnelle carrière, se caractérise par sa tenue, son adaptabilité ou sa rouerie. Dans la grande piste de Lunel qui leur a manqué ces trois dernières années, leur stature et leur intelligence trouvent toute leur émanation. La beauté de ces taureaux est assimilée à leur criminalité. Ils ont cette façon de surseoir aux mauvais échanges par des réactions qui laissent public et raseteurs pantois… On s’attend don ce lundi de Pâques à une course différente de celle de la semaine passée, mais non moins intéressante, parce que le particularisme de ces taureaux tient toute l’attention des aficionados, car à tout moment le danger rôde…

 

Deux monuments de la course camarguaise

  

POURPIER et SCIPION ces deux noms sont indissociables… À tel point en haut de l’affiche cette dernière décennie, qu’ils firent bande jumelée dans beaucoup de concours de manades y compris de finales. Leur périple est long, parsemé de triomphes, couronné de prestigieux trophées, récompensé par la reconnaissance  du public. Ils reviennent cette saison encore en vedette, pour une dernière tournée qu’il ne faudra pas rater. Leur première course est attendue, parce que liée de leur forme physique et morale. Les grandes actions de POURPIER résonnent encore en ce lieu nouveau qui en a gardé l’indéfectible mémoire. Il fit peur aux vedettes du crochet qui ont souvent frôlé ses cornes acérées. SCIPION à la finale du Pescalune l’an dernier a encore démontré que sa vaillance reste un atout majeur de son noble caractère.

 

Deux Guerriers

Après que TRÉLUS ait accueilli les raseteurs, nous verrons défiler en piste MÉDOC et CARUSO. Deux cocardiers guerriers, solides à la tâche, toujours aux aguets, parfois même devançant, grâce à leur métier, la sollicitation du raseteur qu’ils mettent de fait en danger. MÉDOC a un coup de tête légendaire, à l’encontre du raseteur mais aussi à l’aboutissement du raset. CARUSO est plus sobre, plus classique, très calme et imperturbable.

 

Deux espoirs

TOURTOULEN a remporté le prix du meilleur taureau de la finale du Trophée As-honneur en 2018. C’est sur cette course qu’il se fit connaître. Du coup il est intégré à la royale en ce début de saison. C’est un taureau très brillant. Certes vaillant, mais joueur dans les barrières, il a un petit pas sur le côté qui donne à ses enfermées une certaine dignité.

Le dernier de l’après-midi sera RIGAU. On vantait pour l’annonce de la royale de Nicollin la ressemblance physique et caractérisée d’IMAGIÉ avec BARRAÏÉ. Et bien on peut faire la même comparaison entre RIGAU et TRISTAN. Vainqueur de la Palme d’Argent l’an dernier, RIGAU, n’a pas beaucoup de courses à son actif, car il resta boiteux de longs mois ce qui l’éloigna des pistes. En 2018 il revint en forme. Sa fougue le disperse en début de quart d’heure. Il se laisse emporter dans le raset qu’il passe froidement. Mais au fur et à mesure des minutes, il prend goût à la poursuite et entame un festival d’actions puissantes qui rappellent son aïeul.

La confiance que l’on peut attribuer aux raseteurs suite à leur beau travail la semaine passée, nous fait espérer des passages enlevés avec ces taureaux de race…

15h. spectacle d’ouverture avec une démonstration du spectacle Gladiateurs du 18 mai

15h. 30 capélado

 


 

 

Le dimanche 14 avril à partir de 15h - Lunel accueille 

 

LA ROYALE DE NICOLLIN

Retour à la tradition !
De tout temps quelle que fût la qualité des cocardiers la manade Lafont, devenue Nicollin, ouvrait la saison taurine des courses camarguaises à Lunel.
Or depuis 15 ans les valeureux cocardiers de Nicollin ne sont pas venus en Royale à Lunel.
La nouvelle direction des arènes, profitant d’une génération de taureaux de valeur, renoue avec la tradition en présentant ce dimanche 14 avril, jour des Rameaux, une Royale de Nicollin qui a fière allure.



Un trio fantastique

Les trois vedettes de cette course (degaucheà droite : LANDIÉ, BOUMIAN, IMAGIÉ


À l’affiche 7 taureaux dont la valeur première est celle de la race c’est-à-dire la vaillance. Et quand cette noblesse est associée à la méchanceté cela donne des cocardiers exceptionnels.
Tel est le cas de LANDIÉ, BOUMIAN ou IMAGIÉ les nouvelles vedettes de l’élevage.

En remportant le prix du meilleur taureau de la finale des As, LANDIÉ, s’est hissé au rang de la célébrité. LANDIÉ a mûri, il s’est physiquement étoffé et ses énormes coups de barrière enchantent le public.
BOUMIAN, un stupéfiant jeunot, bouleverse les codes, car encore très jeune, il a tous les atouts d’un grand cocardier : Placement rigoureux, rapidité, enfermée et surtout un dynamisme à la barrière qui fait peur aux raseteurs.
Le dernier larron du trio diabolique est IMAGIÉ. Sa morphologie rappelle les plus célèbres spécimens de la manade, surtout BARRAÏÉ. Fougueux, lui aussi très vif sur les reprises, il est disposé à des terminaisons fantastiques.
Avant ces trois attractions, la course comprendra des éléments plus classiques. Comme l’inépuisable SYLVERADO, traversant les appartenances et les générations avec la même célérité. Criminel, limier, rodé, ses prestations sont toujours positives, ce qui convient à une place de quatrième. BAYARD, la noblesse incarnée, passe troisième, il a besoin des raseteurs pour exprimer son brio. Les deux premiers HOMÈRE et MOUSQUIOUN sont plus solides, comme il convient à leur rôle.
Cette journée pourrait être un des événements de la saison. Pourvu que les raseteurs veuillent bien faire corps avec les taureaux. Pour ne pas rater cette entrée en matière, la direction des arènes a tout simplement renouvelé l’équipe qui enflamma les gradins le 11 novembre dernier. Cadenas, Martin, Naïm, Bouhargane, Bernard, Katif, Aliaga auquel est adjoint le vainqueur du Trophée de l’Avenir 2018 Améraoui.
Voilà les ingrédients utiles à faire de cette après-midi un nouveau triomphe.
D’autant qu’en ouverture les Groupes de tradition Lunellois célébreront avec panache, le souvenir de la devise verte et rouge, dans un spectacle coloré où trônera la calèche du fondateur de la devise : Fernand Granon.
Et comme la tradition se marie avec la modernité, deux écrans géants placés dans les arènes, reprendront en temps les plus belles actions de l’après-midi.
Ajoutez à cela la sortie du livre de Jacky Siméon sur Jean Lafont (dédicace dès 11 heures aux arènes) et vous aurez compris que le rendez-vous est exceptionnel.
15h. Spectacle de présentation
15h. 30 capélado